Home Langue Introduction à la langue thaïe

Introduction à la langue thaïe

par Fred

Avant qu’un étranger se lance dans l’apprentissage du thaï, il est utile qu’il se rende compte de la portée du terrain linguistique qu’il va parcourir lors de son étude.

Cette introduction vous permettra donc de vous rendre compte des similitudes et des différences que vous rencontrerez au fur et à mesure entre le thaï et le français.

Le premier réflexe d’une personne désirant apprendre une nouvelle langue est son empressement à connaître un nombre important de mots de vocabulaire. Il est évidemment important d’en étudier un maximum car c’est quand même cela qui vous permettra de communiquer mais avant toute chose, c’est plutôt sur la structure linguistique de la langue que vous devriez vous concentrer. Il vous sera donc clairement plus bénéfique d’apprendre le plus vite possible des phrases plutôt que des mots. Il sera donc primordial d’attacher une importance considérable aux différentes structures de phrase utilisées par le thaï.


Structure

Dans l’ensemble les structures de phrase du thaï et du français sont relativement similaires et c’est plutôt une bonne nouvelle. Il y a bien entendu des règles particulières qu’il faudra retenir et prendre en compte mais les structures de base sont identiques.

Tout comme le français, la phrase commencera par un sujet qui sera suivi d’un verbe et d’un complément. Tout comme c’est souvent le cas en français bien que l’on rencontre les deux possibilités, en thaï, l’adjectif se trouvera toujours derrière le nom.

Tout comme le français, le thaï utilise des prépositions pour montrer la relation que des mots peuvent avoir entre eux.

Quand vous serez un peu plus loin dans votre apprentissage de la langue thaïe, vous vous rendrez compte que c’est une langue économique. Les Thaïs essayent toujours que le message soit le plus court possible. Ils omettent donc souvent d’utiliser certains types de mots inutiles quand le sens coule de source. Ils oublieront donc souvent l’usage des pronoms personnels de la conjugaison comme « je » ou « tu ». Il leur arrivera également de raccourcir des mots.

Dans les deux langues, il y a deux types de questions. Les questions auxquelles on répondra simplement par « oui » ou « non » et celles qui nécessiteront une réponse plus complète à l’aide d’une phrase. En français, les questions pour lesquelles on pourra répondre par « oui » ou « non » commencent généralement par un verbe puisqu’il est d’usage d’intervertir l’ordre du sujet et du verbe afin de créer la question. As-tu faim ? Joues-tu au football ? Les Thaïs simplifieront ce genre de questions. Cela deviendra plutôt : toi faim ? Joues football ? Il n’y aura pas de danger et de risques de mal interpréter la question.

En français, les questions réclamant une information commencent généralement par un pronom interrogatif (qui, lequel, quoi, etc.) ou des adverbes (combien, comment, pourquoi, etc.). Où sont les toilettes ? Les Thaïs utilisent le même genre de mots mais vont les placer en fin de phrase et non en début de phrases comme nous le faisons. hɔ̂ng-náam yùu thîi-nǎi ? (où sont les toilettes?).


Grammaire

Vous le savez probablement mais grammaticalement parlant le français est une langue assez complexe. Le thaï a la chance d’être beaucoup plus simple à appréhender. Rien que si l’on prend en compte la conjugaison, il y a un monde de différence.

En français, nous utilisons des adverbes de temps et nous conjuguons les verbes à certains temps de la conjugaison en fonction. Nous sommes allés en Thaïlande hier. Nous allons en Thaïlande aujourd’hui. Nous irons en Thaïlande demain.

En thaï, nul besoin de retenir des tonnes de cas particuliers pour conjuguer les verbes. Seul l’adverbe suffira, le verbe, lui, aura toujours la même forme.

Une autre chose qui différencie beaucoup le français du thaï est l’utilisation du pluriel et du singulier. Il ne vous faudra jamais faire attention à accorder le verbe ou le nom en fonction de la quantité. C’est plutôt pratique de se dire qu’on ne va pas devoir retenir des tas de règles pour savoir quel est le pluriel de tel ou tel mot. Donc que vous disiez un chien ou quatre chiens, en thaï, le nom restera le même. nʉ̀ng mǎa, sìi mǎa. Et comme déjà dit auparavant, le verbe qui accompagnera la phrase restera le même également. N’est-ce pas un joli cadeau ?


Le genre du locuteur

Le thaï a la particularité de différencier le locuteur féminin du locuteur masculin. On pourrait peut-être parler de ségrégation linguistique. En effet, les locutrices mettent quasi toujours khâ à la fin de leur phrase tandis que les hommes utilisent khráp. Le pronom de la première personne de la conjugaison est aussi différent selon qu’on soit une femme ou un homme (« phǒm » pour les hommes, « chán » pour les femmes).


Vocabulaire

Il n’y a malheureusement aucun mot de vocabulaire similaire entre le français et le thaï comme on pourrait en trouver avec l’espagnol, l’italien ou l’anglais. Il va donc falloir partir complètement de zéro. La bonne nouvelle est que le thaï comporte moins de mots de vocabulaire que le français. En effet, en français, nous avons souvent beaucoup de synonymes pour un même mot. Cependant la mauvaise nouvelle, c’est qu’avec le thaï, un même mot prononcé de plusieurs façons différentes aura un sens différent. Nous aborderons le sujet plus tard mais le thaï est en effet une langue dite tonale et c’est là toute la difficulté de son apprentissage.

Vous pourriez aussi aimer